Une journée classique d’étudiante

Une journée classique d’étudiante - Alana Tabb

Cette année, je suis en échange universitaire à Madrid, en Espagne. J’étudie la finance d’entreprise et je serai bientôt diplômée d’une très bonne université Madrilène. Les Espagnols ont l’habitude de commencer leur journée vers dix heures le matin. Ce n’est malheureusement pas mon cas. Tous les jours, je me rends à l’école pour suivre mes cours à huit heures du matin. Il est difficile de se lever et de rester concentrée pendant plusieurs heures. Cependant, je finis les cours à midi et demi, ce qui me laisse l’après-midi pour faire différentes activités telles que la natation, le tennis et aussi retrouver mes camarades, lorsque nous avons des projets de groupe à rendre. Cela arrive assez régulièrement et nous nous retrouvons souvent dans un café, afin de travailler autour d’une bonne tasse de thé.

L’année prochaine, je retournerai au Canada finir mes études, et à la fin de l’année, je pourrai effectuer un stage dans l’entreprise de mon choix. Je souhaite faire mon stage de fin d’études à Montréal ou Québec, dans une entreprise spécialisée dans la gestion du patrimoine. Je réussirai à obtenir ce stage grâce à un ami d’enfance de ma grande tante Martine. Son ami est gestionnaire du patrimoine, et je serai son assistante pendant six mois et demi. Ainsi, j’espère acquérir une grande expérience dans ce domaine, faire mes preuves, travailler dur et, avec un peu de chance, ils voudront bien m’employer, et donc prolonger mon contrat. C’est une très grande entreprise et obtenir un travail dans celle-ci, à mon âge, serait vraiment une opportunité en or. Cependant, cela ne sera pas de tout repos, et de ce que j’ai pu lire, je n’aurai pas beaucoup de temps pour moi, je devrai faire passer la vie professionnelle avant ma vie personnelle et m’enfermer pendant ces quelques mois. Cela ne sera certainement pas facile au début, mais j’ai une volonté de fer, et je sais que quand je veux, je peux.

Le stage est donc une partie importante des années à venir, mais tout d’abord, il faut que je travaille très dur, afin de pouvoir valider mes derniers semestres d’études et avoir de très bonnes notes. Pour cela, je travaille tous les soirs et je suis très attentive en cours. Je ne sors pas souvent dans des boîtes de nuit et dans les bars, je préfère conserver mon argent et mon temps pour des choses qui en valent plus la peine.