Le deuxième chat

Le deuxième chat - Alana Tabb

La société de remplacement toiture Joliette avait accomplie un meilleur travail que celle que j’ai embauché ici. Je ne comprends pas pourquoi celle-ci refuse de faire son travail, comme il se doit ! Je vais me plaindre à la Protection des Consommateurs, et j’espère qu’une solution sera proposée, car je n’ai pas le goût de payer un autre couvreur. Du moins, pas au plein prix.

En attendant, je continue de regarder les annonces, car je me cherche un deuxième chat. Je ne sais pas encore quel type je vais me trouver, car je regarde toujours aux endroits qui donnent les chats, comme les petites annonces classées, ou encore directement à la SPCA. Je n’ai pas beaucoup d’argent, ce qui explique pourquoi je veux en avoir un gratuitement. Si je ne vois rien qui pourrais m’intéresser, je vais accepter de dépenser un peu, et payer la somme requise pour l’adopter, en autant qu’il soit déjà opéré.

La raison que je cherche à avoir ce nouveau venu dans ma demeure est simple : mon matou s’ennuie trop. Il est encore très jeune et adore jouer avec moi, mais puisque je dois travailler, je dois absolument ignorer ses pleurs et ses plaintes. Ça lui arrive même parfois de pleurer pour de vrai – des petites larmes coulent de ses yeux. Ça me touche trop pour le laisser continuer de cette manière.

Alors, en faisant des recherches, j’ai trouvé un petit chat mâle qui ressemble beaucoup à celui que j’ai déjà, c’est-à-dire noir avec un peu de blanc sur le cou, les pattes et un peu sur le ventre.  Il est adorable, comme le mien ! Je crois qu’ils vont bien s’entendre ensemble.

Je voudrais en avoir un autre aussi en partie parce que je trouve que les souris s’approchent trop de mon édifice à mon goût. Il y a aussi des araignées qui s’infiltrent et se réfugient dans le couloir, ce qui ne me plaît pas du tout. La propriétaire ne veut rien faire à ce sujet et je dois donc tenter de trouver une solution. Avoir des chats leur fera sûrement assez peur pour qu’elles n’aient pas envie d’entrer dans mon logement. Vu que j’en ai trop peur, je préfère leur laisser la tâche de les débarrasser !

Je vais contacter le maître de ce beau petit bébé de quatre mois, et j’espère que je vais bientôt pouvoir l’accueillir chez moi. Les deux vont bien s’entendre après avoir passé la période qu’ils ont besoin pour s’habituer à l’un et l’autre.